Publié le 19 mai 2022 par Corinne

Greenwashing : du marketing malhonnête et néfaste

Le terme « greenwashing » est apparu pour la première fois à la fin des années 80 aux États-Unis. C’est la contraction de « whitewashing » (blanchir ou dissimuler une information) et de « green » (vert au sens d’écologique).

Mais c’est quoi le greenwashing ?

Le greenwashing, ou « blanchiment écologique » ou encore « écoblanchiment » en français, consiste pour une entreprise à adopter une stratégie de communication et de marketing basée sur des valeurs écologiques.

Les entreprises se façonnent alors une image écoresponsable, durable et éthique pour être positivement perçues par le public. Mais dans les faits, soit ces entreprises participent à la détérioration de l’environnement de par leurs activités, soit les produits et/ou les services qu’elles proposent ont peu voire aucun intérêt pour l’environnement contrairement à ce qu’elles affirment.

La méthode de l’écoblanchiment est utilisée par de nombreuses entreprises – le plus souvent des multinationales – de tous secteurs : la mode, le luxe, le numérique (smartphone, ordinateur), les produits ménagers, la cosmétique, l’automobile, etc…

En clair, le greenwashing peut être partout.

De quelles manières les entreprises pratiquent-elles le greenwashing ?

Les entreprises pratiquant le greenwashing vont préférer blanchir leur image, ou plutôt la « verdir », en dépensant énormément dans leur communication et dans leur marketing. Elles vont alors repenser intégralement leur identité, plutôt que d’investir en R&D pour réparer ou limiter les dégâts écologiques causés par leurs activités.

Certaines entreprises vont jusqu’à modifier la couleur et les visuels de leurs packagings pour du vert et de la verdure (arbre, fleur, herbe, etc…) car indissociablement liés aux notions de nature, d’environnement et d’écologie. Elles vont également changer de slogan, voire changer les qualificatifs et désignations de leurs produits, en utilisant le champ lexical de la nature, de l’éthique et du bien-être.

La célèbre enseigne de fast-food américaine (mais qui ça peut bien être dis donc… ?) est l’exemple parfait. Le géant du fast-food a modifié la couleur de son logo pour un vert plus « green » (adieu le mythique rouge vif qui faisait mal aux yeux !), ainsi que la décoration de ses franchises. Dans le même temps, le fameux « M » jaune a adopté une politique en faveur d’un développement durable en lançant des campagnes de sensibilisation à l’environnement. Une identité radicalement transformée pour masquer l’empreinte carbone non négligeable de la multinationale.

En plus de concevoir des packagings trompeurs, les entreprises pratiquant l’écoblanchiment vont aussi jusqu’à détourner l’intention du consommateur, manquer de transparence, mentir éhontément, omettre des informations, et même créer leurs propres labels n’apportant aucune garantie.

Ainsi, en utilisant des biais cognitifs (des techniques trompeuses en somme), ces entreprises génèrent de la confusion chez les consommateurs et ces derniers cèdent à l’achat en étant persuadés que le produit ou le service est « écolo ».

Qu’est-ce qui est mis en place pour contrer le greenwashing ?

Pas grand-chose, ou presque…

En France, le décret du 14 avril 2022 indique que les annonceurs publicitaires qui affirment qu’un produit ou service est neutre en carbone devront le prouver. Cette mesure s’appliquera à compter du 1er Janvier 2023.

Les entreprises utilisant toutes formulations faisant penser que leurs produits et/ou services sont neutres en carbone, comme « zéro carbone » ou encore « 100% compensé », devront publier un rapport de synthèse décrivant l’empreinte carbone des produits et/ou services apparaissant dans des publicités.

C’est mieux que rien ! Non… ?

Comment ne pas se faire avoir en tant que consommatrice ou consommateur ?

Notre premier conseil est de vérifier la composition des produits : si un produit est mauvais pour ta santé, il l’est probablement aussi pour l’environnement. Des associations, des sites et des applications peuvent t’aider à en connaître davantage sur un produit. Il existe l’application mobile Yuka qui scanne le code-barres des produits alimentaires et cosmétiques pour en décrypter leur composition, ou encore UFC-Que Choisir, première association de consommateurs de France, qui teste des milliers de produits en toute indépendance et dépose ses comptes-rendus sur son site.

Tu peux aussi te renseigner sur les labels officiels qui permettent de garantir l’origine et la qualité d’un produit. Il y a notamment le Label Rouge (LR), l’Agriculture biologique (AB), l’Appellation d’origine contrôlée et son équivalent européen l’appellation d’origine protégée (AOC/AOP), l‘Indication géographique protégée (IGP), ou encore, la Spécialité traditionnelle garantie (STG), GOTS, Oeko-Tex Standard 100, Peta, Origine France Garantie, FairTrade, et bien d’autres encore.

Et La Week’Up dans tout ça ?

Chez La Week’Up, nous croyons en un mode de consommation plus responsable et nous croyons aussi que c’est aux entreprises d’agir en proposant de réelles alternatives durables et saines pour la santé et pour l’environnement.

Nous allions le geste à la parole en détaillant sur notre site la composition de nos produits et de nos packagings, l’origine des compositions, le lieu de production de nos produits et de nos packagings, et la durée de vie moyenne de nos protections hygiéniques lavables. Nous avons choisi d’utiliser des matériaux biologiques et recyclés d’origine européenne (malheureusement, on ne cultive pas le coton en France !) et de confectionner l’ensemble de nos produits en France pour limiter notre empreinte carbone.

Grâce à notre démarche transparente, nous avons obtenu différents labels sérieux et importants : le label GOTS (Global Organic Textile Standard) qui certifie des conditions de travail dignes, le respect de l’environnement et que le produit n’atteint pas la santé de celleux qui les portent, le label Oeko-Tex Standard 100 qui assure qu’un produit a été contrôlé de manière fiable quant aux substances nocives, et le label Origine France Garantie qui garantit la traçabilité d’un produit en donnant une indication de provenance claire et objective.

Nous veillons à avoir une démarche authentiquement écoresponsable et nous essayons, à notre niveau, d’œuvrer pour un mode de vie plus éthique.

Avec La Week’Up, tu es sûre de faire le bon choix !

Pin It on Pinterest