Publié le 1 janvier 2022 par Corinne

Qu’est-ce que le syndrome du choc toxique ?

Le syndrome du choc toxique (SCT) est une maladie infectieuse rare mais grave, causée le plus souvent par une bactérie appelée le « staphylocoque doré » (staphylococcus aureus). Cette bactérie est présente de façon naturelle chez les femmes et les hommes, en particulier dans le nez, la gorge, le vagin, au niveau du périnée, sur la peau, etc.

Le STC n’est pas causé par les dispositifs intra-utérins – tampons, coupes menstruelles, diaphragmes contraceptifs, éponges contraceptives, capes cervicales.

Staphylococcus aureus est une bactérie qui fait partie de la flore normale humaine mais qui peut également devenir une des principales causes d’infection. La virulence de cette bactérie est liée à la production de substances telles que la toxine du choc toxique staphylococcique (TSST-1). Le choc toxique staphylococcique est une maladie aigue grave pouvant survenir au cours des règles lors d’utilisation de dispositifs vaginaux (tampons, coupes menstruelles) chez des patientes souvent jeunes, en bonne santé et porteuses de la bactérie S. aureus productrice de TSST-1 au niveau vaginal. Toutes les patientes porteuses de Staphylococcus aureus produisant TSST-1 ne développent pas un choc toxique. Ceci suggère que d’autres facteurs interviennent (source : Hospices Civils de Lyon).

Dans une grande majorité des cas, cette bactérie n’est pas dangereuse. Mais chez certaines personnes, à faible immunité, la bactérie peut se multiplier, déclenchant alors une infection et délivrant des toxines. Celles ci pénètrent alors dans le sang, avant d’atteindre différents organes comme le foie, les reins ou les poumons.

Le syndrome du choc toxique est une pathologie peu fréquente. En Belgique, pour le moment, aucun chiffre ne permet de déterminer le nombre de cas par an. En France, on répertorie en moyenne 20 cas de SCT par an. Parmi ces cas, la plupart sont pris en charge, et seuls 5% d’entre eux mènent au décès du patient. Le taux de mortalité est donc faible. (source : Hospices Civils de Lyon)

Si cette maladie est rare, c’est parce que beaucoup de paramètres doivent être rassemblés pour donner lieu à l’infection. Le patient doit d’abord être porteur de la bactérie. Plus précisément, il doit être porteur d’une souche particulière du staphylocoque doré. Ensuite, il faut que cette souche fabrique une toxine suffisamment agressive pour que les effets se manifestent. Enfin, le syndrome du choc toxique n’apparaît que lorsque le terrain est favorable.

Quelles sont les causes du syndrome du choc toxique ?

La cause majeure d’un syndrome du choc toxique menstruel est l’utilisation de tampons périodiques ou de coupes menstruelles durant une trop longue période (plus de 6 heures). En effet, pendant les règles, le pH du vagin change, il devient moins acide (alcalin). Mais celui ci représente alors un milieu de culture favorable pour le staphylocoque doré. Ainsi, si le sang stagne trop longtemps dans le vagin, la bactérie peut se développer et provoquer l’infection.

Les tampons trop absorbants peuvent faire obstacle au flux sanguin, et donc, la bactérie se multiplie également davantage. La composition des tampons ou des coupes menstruelles n’est donc pas en cause. C’est bien la toxine libérée par la bactérie qui est responsable du choc toxique.

Quels sont les symptômes du syndrome du choc toxique ?

Si tu as tes règles et que tu présentes certains des symptômes suivants, enlève ton tampon hygiénique ou ta coupe menstruelle immédiatement !

  • Une fièvre soudaine (38,9°C ou plus);
  • Des vomissements;
  • Une sensation de malaise avec maux de tête;
  • Une diarrhée;
  • Une éruption cutanée comme un coup de soleil.

Au début de l’infection, les symptômes ressemblent à ceux d’une grippe (courbatures et mal aux articulations, mal de gorge, fièvre). Puis, les éruptions cutanées (comme un coup de soleil) peuvent apparaître. Il est possible également d’avoir des troubles digestifs (diarrhée, vomissements). Après seulement, le choc en tant que tel se manifeste avec une tension artérielle basse, une accélération du cœur, une confusion…, qui peuvent mener, dans de rares cas, au décès.

Que faire en cas de symptômes ?

En cas de survenue de ces symptômes, premier réflexe : enlève ton tampon ou ta coupe menstruelle. Second réflexe : se rendre à l’hôpital.

Les médecins pourront rapidement te prendre en charge.

Conseills de la Team de La Week’Up:

  • te laver les mains avant et après avoir mis un tampon hygiénique ou une coupe menstruelle,
  • changer ton tampon ou ta coupe menstruelle toutes les 4 à 6 heures,

Pin It on Pinterest