Célébrée le 08 mars, la journée internationale des femmes (selon l’ONU, en anglais, International Women’s Day ou IWD), aussi appelée journée internationale des droits des femmes dans certains pays comme la France, met en avant la lutte pour les droits des femmes et  pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes

Les règles : véritable tabou pour les hommes mais aussi pour les femmes

Dans le monde, les initiatives se multiplient pour lever le tabou sur les règles. Parfois pour changer le regard des hommes sur les menstruations, mais aussi celui des femmes elles-mêmes. Il est difficile de parler des menstruations, ou comme on les qualifie souvent, « les règles » par leur nom. Tout un vocabulaire a vu le jour pour en parler  : « les copines », les « machins », les « coquelicots », les « lunes », « les Anglais ont débarqué », les « ragnagnas », les « ours », ou simplement être « indisposée », et pleins d’autres exemples !

Lutte contre les inégalités

La lutte contre la précarité menstruelle fait entièrement partie de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes autant d’un point de vue sanitaire, économique que social

 Au cours de sa vie, une femme dépense au minimum 3 800 € pour son hygiène pour ces menstruations représentant en moyenne 5 % de son budget mensuel.

Un droit pour toutes : l’accès aux produits d’hygiène intime

Selon une Étude IFOP de 2019, 1,7 million de femmes en France connaissent des difficultés d’accès aux produits d’hygiène intime. Cette précarité menstruelle est un facteur d’inégalité qui handicape les femmes autant dans leur vie personnelle que dans leur parcours professionnel.

Même si en janvier 2018 la « taxe tampon » a été supprimée, entraînant une diminution des prix d’environ 15 %, les protections hygiéniques coûtent encore cher.

Et certaines femmes, notamment celles en situation de précarité comme les SDF, les jeunes étudiantes, les mères seules… ne peuvent toujours pas s’acheter des protections lors de leurs règles.

La Week’Up s’engage contre la précarité menstruelle

Tous les ans, La Week’Up mène des actions pour la lutte contre la précarité menstruelle, comme la distribution de 500 serviettes lavables mis à disposition dans les lieux suivants dans la ville du Mans :

  • Centre de santé municipal
  • Centre d’information jeunesse
  • CCAS
  • Planning familial
  • Maison Gisèle-Halimi
  • Épiceries solidaires
  • Eve, Université
  • Associations : Restos du Cœur, Secours Populaire, Tarmac, Croix rouge…

Mais aussi, plusieurs actions de distributions de coupes menstruelles, serviettes hygiéniques lavables et culottes menstruelles dans des établissements scolaires du département de La Sarthe, département de l’Orne et du département du Maine et Loire.

Pin It on Pinterest